jeudi 21 décembre 2017

La fin du télégramme

Le 29 décembre 2017, le Groupe PROXIMUS mettra définitivement fin à son service d'envoi et de réception de télégrammes.
 
C'est une page de l'histoire qui se tourne puisque le télégraphe électrique avait été mis en service en Belgique en 1846.
 

Quelques dates :
 
Mai 1803 : Premier service de télégraphe optique dans notre pays
1846 : Premier service de télégraphe électrique
Juillet 1930 : L'administration des Télégraphes est rebaptisée "Régie des Télégraphes et des Téléphones" - la RTT - ancêtre du groupe PROXIMUS.
 
Son utilisation :
 
Il était utilisé par les clients pour annoncer une naissance, un mariage, un évènement. Également utilisé à des fins professionnelles, notamment par les avocats, les huissiers de justice - il constituait un début de preuve - ou encore par des agences intérims pour l'envoi de convocations.
 
Mais ces dernières années, son utilisation a décliné, remplacé par des moyens de communication moins onéreuses et plus modernes : Fax, e-mail, SMS...
 
Si dans les années 80, on comptabilisait plus d'un million et demi de télégrammes envoyés et reçus chaque année, il est tombé à environ un demi-million par an dans les années 90.
150 000 au début des années 2000 puis à seulement 50 000 dix ans plus tard.
Une baisse considérable, soit 20 %, à peine plus de 8 000 télégrammes cette année 2017, ce qui oblige le Groupe PROXIMUS a proposé à ses clients des solutions alternatives.
 
Un objectif qui anime ,ce jour, les équipes.
 
Sources du Groupe PROXIMUS et de "Le Soir" - Mardi 12 décembre 2017